https://warmem2020.sciencesconf.org/?forward-action=index&forward-controller=index&lang=fr

Comité scientifique et d'organisation

Comité scientifique


Antonio ALTARRIBA

(Vitoria, Espagne)

Antonio Altarriba

Antonio Altarriba est professeur de Littérature Française à l’Université du Pays Basque (à la retraite). Il travaille, d’un côté, sur les aspects visuels de l’écriture et, de l’autre, sur les possibilités narratives de l’image. Il est aussi intéressé par la littérature érotique. Sur ces sujets il a écrit des nombreux articles et des livres comme La España del tebeo (L’Espagne de la BD) (2001), Tintin y el loto rosa (Tintin et le lotus rose) (2007) ou La paradoja del libertino (Le paradoxe du libertin) (2008). Comme scénariste, il est auteur d’albums bd comme Amores locos (Amours fous) (2005), El brillo del gato negro (L’éclat du chat noir) (2008), L’art de voler (2009), El paso del tiempo (Le passage du temps) (2010), Moi, assassin (2014), L’Aile brisée (2016), Cuerpos del delito (Corps du délit) (2017) Moi, fou (2018) et des séries photographiques reprises dans des volumes tels que El elefante rubio (L’éléphant blond) (2007) ou Vida Salvaje (Vie sauvage) (2008). Comme écrivain de fiction, il a publié, entre autres romans, Cuerpos entretejidos (Corps entretissés) (1996), La memoria de la nieve (La mémoire de la neige) (2002) et Maravilla en el país de las Alicias (Merveille aux pays des Alices) (2010). Son oeuvre est traduite à une quinzaine de langues.

www.antonioaltarriba.com

 

Joan BEAUMONT
(Australie)

Joan Beaumont

Joan Beaumont is Professor Emerita at the Australian National University, Canberra, Australia, and Honorary Professor, Deakin University, Victoria. She is an historian of Australia in the two world wars, the memory and heritage of war and the history of prisoners of war. Her publications include the critically acclaimed and multiple prize-winning Broken Nation: Australians and the Great War (Allen & Unwin, 2013). She is currently writing a major integrative history of Australia in the aftermath of World War I and during the Great Depression. https://researchers.anu.edu.au/researchers/beaumont-je

 

Stéphanie BÉLANGER
(CMRC, Kingston, Canada)

Stéphanie Bélanger

Stéphanie Bélanger, PhD, est la directrice scientifique associée de l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans, un consortium unique de 45 universités canadiennes qui sont dédiées à la recherche sur la santé des militaires, des vétérans et de leurs proches. Elle est la co-éditrice en chef du Journal of Military, Veteran and Family Health (University Toronto Press financé en 2015). Elle est aussi la chaire de programme la chaire de programme pour la section nord-américaine de la Société internationale de l’éthique militaire co-éditrice de la série ‘’The New Directions in Foreign Policy, Military, and Security Studies’’ (MQUP 2017, sous presse); elle est aussi co-éditrice du collectif “Beyond the line: Military and Veteran Health Research” (MQUP 2013); “A New Coalition for a Challenging Battlefield” (CDA Press 2012); “Shaping the Future” (CDA Press 2011) ainsi que de “Transforming traditions: the Leadership of Women in the Canadian Navy” (CDA Press 2010). Elle est aussi l’auteure de la monographie “Guerre, sacrifices et persécutions” (Paris: L’Harmattan, 2010). Elle co-préside le colloque de l'ICRSMV, et en codirige le colloque biannuel sur les Mémoires de guerre (avec l’Université de Rennes 2 et Paris VII) ainsi que les colloques annuels sur l’éthique militaire, et elle travaille avec autres plusieurs autres instituts afin de co-organiser des ateliers de recherche. Elle est membre du conseil d’administration pour le chapitre nord-américain du International Society for Military Ethics (ISME), le Center for International and Defence Policy (CIDP) et le Last Post Fund.

Elle a été nommée membre de la cohorte 2016 du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science de la Société royale du Canada (SRC). Elle est professeure titulaire au Département de langue française, littérature et culture du Collège militaire royal du Canada où ses recherches portent sur le témoignage guerrier et l’identité du soldat, ainsi que sur les théories de la guerre juste. Elle a complété son doctorat à l’Université de Toronto en 2003 et sa maîtrise en administration publique au Collège militaire royal du Canada en 2013.

Elle sert comme officier de logistique dans la réserve navale depuis 2004.

https://cimvhr.ca/fr/notre-equipe/mme-stephanie-belanger-cd-phd

 

Jonathan BIGNELL
(Reading, Royaume-Uni)

Jonathan Bignell

Jonathan Bignell is Professor of Television and Film in the Department of Film, Theatre & Television at the University of Reading, UK. He works primarily on television history and the methodologies of television, film and media analysis, using archival sources alongside the detailed study of the audio-visual form and style of audio-visual texts. His writing about war includes studies of warlike toys (such as G.I. Joe and Action Man) and related British and American children’s television and films, and includes chapters in War, Culture and the Media (eds Stewart and Curruthers), A Necessary Fantasy (eds Watkins and Jones) and Indeterminate Bodies (eds Segal, Taylor and Cook).  His writing includes three editions of An Introduction to Television Studies, A European Television History (edited with Andreas Fickers), two editions of British Television Drama: Past, Present and Future (edited with Stephen Lacey), Popular Television Drama (edited with Stephen Lacey), and his monographs Beckett on Screen and Postmodern Media Culture. His articles about television include contributions to the journals Adaptation, Critical Studies in Television, the Historical Journal of Film, Radio and Television, Media History and Screen.

He is Assistant Editor of the journal Adaptation and a Corresponding Editor for the Critical Studies in Television journal. He serves on the editorial advisory boards of the New Review of Film and Television Studies, Revue LISA, the International Journal of Scottish Theatre and Screen, Studies in Documentary Film, the Journal of Popular Television, Symbolism: An International Annual of Critical Aesthetics and the Journal of Science Fiction Film and Television. He is a Series Editor of Manchester University Press’s ‘Television Series’, which publishes books about the work of individual screenwriters and producers. Jonathan is the Director of the Television Drama Studies Research Group at the University of Reading, and since the 1990s he has led collaborative research teams working on seven long-term projects valued at around £4 million: ‘Harold Pinter: Histories and Legacies’ included studies of the British playwright’s radio dramas, television plays and film screenplays, ‘Spaces of Television’ studied the interactions between production technologies and aesthetic forms in British television fiction, ‘Acting with Facts’ researched performance modes in drama-documentary hybrids, ‘British TV Drama and Acquired US Programmes’ analysed relationships between British-made and imported programmes, ‘Beckett and the Phenomenology of Doodles’ studied ephemeral artwork in the collection of Samuel Beckett’s manuscripts at the University of Reading, ‘Cultures of British Television Drama’ investigated histories of popular television fiction, and ‘The BBC Wednesday Plays and Post-War British Drama’ studied relationships between dramatic forms in television and theatre.

Jonathan serves on the Advisory Committee of the British Association for Modernist Studies, he is Chair of the Southern Broadcasting History Group, a founding member and Trustee of the Graduate Centre for International Research in Childhood: Literature, Media and Culture (CIRCL), and a Trustee of the Beckett International Foundation at the University of Reading.

 

Florence BINARD
(Paris, France)

Florence Binard

Florence Binard est professeure de civilisation britannique. Elle enseigne à l’UFR EILA (Études Interculturelles en Langues appliquées), Université de Paris. Elle est co-responsable de l’axe genre et diversité au sein du laboratoire ICT (Identités, Cultures, Territoires), co-directrice du GRER (Groupe de Recherche sur l’Eugénisme et le Racisme) et elle est présidente de la SAGEF (Société Anglophone sur le Genre et les Femmes). Elle a co-organisé le colloque War Memories 2016 à Paris et est intervenue en 2018 à War Memories Kingston sur « Les femmes de Greenham Common ». Elle a co-dirigé Féminismes du XXIè siècle : une troisième vague ? (2017), Femmes, sexe, genre dans l’aire anglophone : invisibilisation, stigmatisation et combats (2017), Mères Célibataires : De la malédiction au libre choix ? Regards croisés France/Grande-Bretagne (2016), Revisiter la Grande-Guerre (RFCB printemps 2015), Nommer les femmes, le sexe et le genre (2015), Genre(s) et transparence (2014. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Les Mères de la nation : féminisme et eugénisme en Grande-Bretagne (2016).

 

Subarno CHATTARJI
(Delhi, Inde)

Subarno Chattarji

Subarno Chattarji is Associate Professor in the Department of English, University of Delhi. He has also taught in Japan and Wales. He studied at the universities of Delhi and Oxford. He was Fulbright Senior Research Fellow at La Salle University, Philadelphia (2004-2005), the recipient of a Kluge Postdoctoral Fellowship at the Library of Congress in 2006, and awarded an Academic Writing Residency at the Rockefeller Foundation Bellagio Center, Italy (2017). He was a member of the core group for a British Academy Networking project with the Open University on ‘Globalization, identity politics, and social conflict’ (www.open.ac.uk/Arts/gipsc) and coordinating member of ‘Prospects for English Studies: India and Britain compared,’ a two-year research project funded by the Arts and Humanities Research Council, UK (http://www.open.ac.uk/arts/research/ind-uk-es/). His publications include: The Distant Shores of Freedom: Vietnamese American Memoirs and Fiction (Bloomsbury Academic, Forthcoming November 2019); Reconsidering English Studies in Indian Higher Education (Co-author, Routledge, 2015); Tracking the media: interpretations of mass media discourses in India and Pakistan (Routledge, 2008); Memories of a Lost War: American poetic responses to the Vietnam War (Oxford University Press, 2001). He is co-editor of The Hoot Reader: Media Practice in Twenty-First Century India (Oxford University Press, 2013), Globalization in India: Contents and Discontents (Pearson Education, 2009), and An Anthology of Indian Prose Writings in English (Penguin, 2004).

 

Nicole CLOAREC
(Rennes, France)


Nicole Cloarec est maître de conférences en anglais à l'Université Rennes 1. Ses travaux de recherche portent sur le cinéma britannique et anglophone, et plus particulièrement sur des questions liées au documentaire, à l’adaptation et à la transmédialité. Elle est l’auteure d'une thèse sur Peter Greenaway et de plusieurs articles sur le cinéma anglophone. Elle a dirigé deux ouvrages collectifs sur la lettre et l’écrit au cinéma et récemment co-dirigé Social Class on British and American Screens. Essays on Cinema and Television (McFarland, 2016), “The Specificities of Kitsch in the Cinema of English-Speaking Countries” (LISA e-journal, 2017) and Ian McEwan's Atonement and Joe Wright's Film Adaptation (Ellipses, 2017).

 

Magali DELEUZE
(CMRC, Kingston, Canada)

Magali Deleuze

Magali Deleuze a fait des études d’histoire à la Sorbonne (Paris IV) et a obtenu son doctorat d’histoire de l’université de Montréal. Elle est professeure agrégée au département d’histoire du CMR (Collège militaire Royal de Kingston) et Directrice du programme des Études sur la guerre du CMR. Ses recherches portent sur les relations internationales du Canada et les guerres postcoloniales, l’histoire du maintien de la paix et un nouveau champ en histoire « appliquée » : l’histoire du professionnalisme militaire canadien. Elle a publié 5 livres en français et de nombreux articles sur ses recherches. Elle termine l’écriture d’un manuel en français sur L’histoire du maintien de la paix depuis l’Antiquité et la coédition d’un livre bilingue sur L’histoire du maintien de la paix : Nouvelles perspectives.

 

Jeffrey DEMSKY
(Santa Barbara, USA)

Jeffrey Demsky

Jeffrey Demsky studies warfare and genocide memorialization. His specific interest is American pop culture representations of the Holocaust. Dr. Demsky is a tenured member of the History Department at San Bernardino Valley College (US). His scholarship appears globally, in essays and articles published across the US, UK, Canada, France, and Germany. Professor Demsky’s forthcoming research includes his manuscript, “Irreverent Remembrance: Nazi and Holocaust Memorialization in Anglo-American Popular Culture, 1945-2020.” This work is contracted with Academic Studies Press. Additional upcoming scholarship includes, “We Are a Long Ways past Maus: Responsible and Irresponsible Holocaust Representations in Graphic Comics and Sitcom Cartoons (Palgrave Handbook of Holocaust Representation) and “Stretch Cunningham, We Hardly Knew You: Seeing Jews and “Others” through Archie Bunker’s Eyes” (Jewish Film and New Media).

 

Renée DICKASON
(Rennes, France)

Renée Dickason

Renée Dickason, qui a entamé sa carrière de chercheuse et d’enseignante, il y a une trentaine d’années à l’université Rennes 2, est Professeure des universités depuis 2001. Elle enseigne actuellement à Rennes 2, ayant exercé pendant neuf belles et heureuses années à l’université de Caen-Basse-Normandie. Après avoir vécu une période stimulante et féconde, en particulier, sur les plans culturel, linguistique, historique et humain, dans les îles Britanniques, elle a franchi le pas de poursuivre des études consacrées à la « nébuleuse et perfide » Albion, un défi, sans cesse renouvelé, car elle a choisi un champ de recherche portant sur l’histoire contemporaine, plus spécifiquement l’histoire immédiate, aux confins des réalités historiques issues des héritages du passé et des mutations du temps présent, dans un monde en guerre ou en paix. Privilégiant des approches immersives sur le terrain et à travers le prisme des médias, principalement visuels et filmiques, ses observations et ses travaux portent sur les communications sociales et politiques, les représentations du « réel », en périodes d’élections ou à l’occasion de conflits, par exemple, en Irlande du Nord, ou des guerres du Golfe et des Malouines. A l’université de Caen-Basse-Normandie, elle a initié, en lien avec la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (CNRS), le Mémorial de Caen, le Collège militaire royal du Canada (Kingston, Ontario), le Comité International de la Croix-Rouge (Genève) et avec des chercheurs de divers horizons disciplinaires et géographiques, un réseau de recherche sur les Mémoires de Guerre (WARMEM Project) qui fêtera son dixième anniversaire en 2020. Depuis sa tendre enfance, Renée Dickason a beaucoup voyagé, devenant une inlassable découvreuse de nouveaux espaces et cultures et aime à se définir comme une anthropologue du temps vivant. Ses objectifs : contribuer à ouvrir les recherches en sciences humaines, à transcender les frontières des champs disciplinaires afin de sensibiliser, d’éduquer et d’agir mais aussi de donner un sens profondément humain et humaniste aux missions académiques et scientifiques en cours et à venir. Ses aspirations : poursuivre et enrichir les travaux sur les crimes, exactions et atteintes à l’Humain qui teintent la construction mémorielle des phénomènes de guerre, à travers des exemples forts, afin de lutter contre la barbarie, de faire front aux atrocités commises en temps de guerre et de contribuer à pérenniser la paix, partout où elle est compromise.

URL de sa page professionnelle : https://perso.univ-rennes2.fr/renee.dickason.

 

Eliane ELMALEH
(Le Mans, France)

Eliane Elmaleh

Éliane Elmaleh est Professeure des Universités à l’Université du Maine au Mans au laboratoire 3L AM. Elle enseigne la civilisation et l’histoire américaines ainsi que l’histoire de l’art au Département d’Études Anglophones. Ses domaines de recherche sont l’art américain contemporain, l’art afro-américain, les médias, les discours identitaires et féministes. Elle a publié un grand nombre d’articles dans des revues universitaires telles que Annales du Monde Anglophone, Revue Française d’Études Américaines, the European Journal of American Culture, la revue Lisa, E-rea, les cahier du MIMMOC ou encore Transatlantica  et dans des ouvrages collectifs (Both Swords and Ploughshares, Interactions of War, Peace, and Religion in America from the War of Independence to the Present, Troubled Legacies : Minority Literatures between Impossible Inheritance and the Reinvention of Traditions, Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain, Marges et Périphéries dans les pays de langue anglaise, Marginalité et politiques sociales, réflexions autour de l’exemple américain...). Elle a dirigé ou co-dirigé un certain nombre d’ouvrages dont dernièrement Résistances, voix citoyennes en marge des institutions politiques ou encore L’Ouest et les Amériques, entre arts et réalités. Elle a par ailleurs co-organisé de nombreux colloques internationaux, notamment en collaboration avec le Réseau d’Etudes du Pouvoir (Power Studies Network) et le soutien de l’Institut des Amériques (IdA). Elle a de plus, occupé pendant 3 ans le poste de déléguée régionale du Pôle Ouest de l’IdA. Elle est actuellement vice-présidente en charge des relations internationales à l’Université du Maine au Mans.

 

Allan ENGLISH
(Queen’s, Kingston, Canada)

Allan English

Allan English teaches Canadian Military History in the Queen’s University History Department. His book Understanding Military Culture: A Canadian Perspective was published in 2004 and he continues to research and publish in that area. He has taught various courses related to military culture, organizational change, and ethics and the military profession at the undergraduate and graduate levels at Queen’s and the Royal Military College of Canada and to senior and general/flag officers at the Canadian Forces College in Toronto for over 30 years. His latest research examines systemic obstacles to culture change in the Canadian Armed Forces (CAF), especially that change intended to reduce the incidence of sexual misconduct in the CAF. His latest publication on this topic is “Corruption in the Canadian Military? Destroying Trust in the Chain of Command,” Canadian Foreign Policy Journal (2017). He is a member College of Peer Reviewers for the Canadian Institute for Military and Veteran Health Research and a fellow of the Centre for International and Defence Policy at Queen’s University. He is currently the principal investigator of a $210, 000 five-year (2018-23) Veterans Affairs Canada research grant from its Veteran and Family Well-Being Fund to Queen’s University in collaboration with Servicewomen’s Salute Canada to build a web portal supporting servicewomen leaving the Canadian Armed Forces and veteran servicewomen living in Canadian communities.

 

Georges FOURNIER
(Limoges, France)

Georges Fournier

Georges Fournier est Professeur au département d’anglais de l’Université de Limoges. Membre du laboratoire de recherche EHIC, il a pour thématiques de travail les médias britanniques, les représentations des enjeux politiques et sociaux en Grande-Bretagne ainsi que le cinéma du monde anglophone.  Membre de l’équipe d’InMédia où il a eu l’occasion de publier et d’encadrer plusieurs numéros, il est aussi un contributeur régulier de la revue LISA. Son dernier ouvrage, paru à l’automne dernier, revient sur l’œuvre de Peter Kosminsky, réalisateur de fictions politiques à la télévision britannique.

 

William GLEESON
(Le Mans, France)

William Gleeson

William Gleeson est maître de conférences dans le département d’anglais à l’Université du Mans. Ses centres d’intérêt incluent la photographie de la Guerre de Sécession, la photographie de paysage, les usages politiques des images au 19ème siècle, les tropes visuels de la destruction au 19ème siècle, la silence, la photographie en tant qu’historiographie et la pollinisation croisée de la politique et de la littérature aux Etats-Unis du 19ème siècle. Il aimerait ajouter l’histoire du baseball à cette liste, mais, à son grand regret, personne ne s’intéresse vraiment au baseball en France.

 

David HAIGRON
(Rennes, France)

David Haigron

David Haigron est maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à l’Université Rennes 2 (France). Dans le prolongement d’une thèse sur les spots politiques télévisés (2006), sa recherche porte sur la communication politique et les représentations sociales dans les médias. Il a coordonné The English Countryside: Representations, Identities, Mutations (Palgrave Macmillan, 2017) et The UK’s Political Landscape in the 21st Century: Players, Strategies, Achievements (LISA e-journal, XII-8, 2014: http://lisa.revues.org/6932). Avec N. Cloarec et D. Letort, il a codirigé Social Class on British and American Screens: Essays on Cinema and Television (McFarland, 2016), et, avec R. Dickason et K. Rivière-De Franco, Stratégies et campagnes électorales en Grande-Bretagne et aux États-Unis (L’Harmattan, 2009). Ses publications incluent également “Our War (BBC3) – The War in Afghanistan as Filmed by British Soldiers: From Capturing the Real to Building a Narrative and a Discourse”, in Stéphanie Bélanger & Renée Dickason (eds.), War Memories: Commemoration, Recollections, and Writings on War (McGill-Queen’s University Press, 2016).

 

Nikolai JEFFS
(Université de Primorska, Slovénie)

Nikolai Jeffs

Nikolai Jeffs teaches at the Faculty of Humanities of the University of Primorska in Koper-Capodistria, Slovenia. His main areas of interest are postcolonial theory and practice, popular music, and the new social movements. He has published several articles and book chapters in the field of literary, cultural, and political critique inclusive of different texts on the cultural aspects of the Nigerian-Biafran war, the wars in ex-Yugoslavia, and of Palestine/Israel. He has also edited and co-edited various academic journals and a Slovene reader in postcolonial studies. He regularly appears on Slovene radio and TV commenting on various cultural and political issues albeit, as of late, these tend to be focused on questions concerning Brexit and is engaged as a public intellectual more generally, too.

 

Judith KEENE
(Sydney, Australie)

Judith Keene

Judith Keene is a research associate in the Department of History at the University of Sydney, Australia. The focus of her research is on the cultural history of twentieth century wars, including the formation of individual and collective memory and the representations of war in art and cinema. She has published widely on the Spanish Civil War, Second World War and more lately on the war in Korea. Recent publications include ‘Picasso’s forgotten painting of the Korean War’, in Cultural History (2017) and edited with Elizabeth Rechniewski, Seeking Meaning, Seeking Justice in a  Post-Cold War World (Brill, 2018).

 

 Delphine LEMONNIER-TEXIER
(Rennes, France)

Delphine Lemonnier-Texier

Delphine Lemonnier-Texier is a former student of the Ecole Normale Supérieure of Fontenay-St Cloud, and a former deputy Vice-Chancellor of Rennes 2 University (in charge of culture, campus life and sports, 2015-2019). She is currently a senior lecturer in Shakespearean and drama studies at Rennes 2 University. She has written a number of articles and edited collections of essays on Shakespeare’s plays, on the plays of Samuel Beckett, and on Shakespearean intertexts in contemporary TV series. She is currently working on the notions of character and the representation of violence on stage as well as in TV series, and the place of empathy in the reception process. She is also a series editor with Presses Universitaires de Rennes (“Interférences” series co-editor, “Didact anglais” series co-editor and “Univers Anglophones” series editor).

 

Delphine LETORT
(Le Mans, France)

Delphine Letort

Delphine Letort est professeure en études américaines et filmiques à l’Université du Mans (France). Elle est l’auteure Du film noir au néo-noir : mythes et stéréotypes de l’Amérique 1941-2008 (L’Harmattan, 2010) et The Spike Lee Brand: a Study of Documentary Filmmaking (SUNY, 2015). Elle a écrit de nombreux articles sur les adaptations filmiques, le documentaire, et le cinéma afro-américain et co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs (dont Women Activists and Civil Rights Leaders in Auto/Biographical Literature and Films, 2018; Auto/biographies historiques dans les arts, 2017; Social Class on British and American Screens. Essays on Cinema and Television, 2016). Elle a également dirigé deux numéros CinémAction (Révolutions armées et Terrorisme à l'écran, 2019; Panorama mondial du film noir, 2014). Elle est membre du comité éditorial de la revue Black Camera (Bloomington, Indiana) et directrice de la Revue LISA/LISA e-Journal hébergée sur le site de revues.org (CLEO, CNRS, EHESS) depuis 2009. depuis octobre 2016. Elle est directrice du laboratoire 3L.AM – Langues, Littératures, Linguistique des Universités d’Angers et du Mans (http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.html).

 

Adriana MARTINS
(Lisbonne, Portugal)

Adriana Martins

Adriana Martins holds a PhD in Comparative Literature and is Assistant Professor with Habilitation in Culture Studies at the Faculty of Human Sciences at Universidade Católica Portuguesa in Lisbon, where she is also the coordinator for the scientific area of Culture Studies and a senior member of the University's Research Centre for Communication and Culture (CECC). She teaches Metaculture, Culture and Globalization, Portuguese Culture and Society, and Portuguese Film. Her latest book is Mediations of Disruption in Post-Conflict Cinema (co-edited with Alexandra Lopes and Mónica Dias, Palgrave Macmillan UK, 2016). Her main research interests are Culture Studies, Globalization Studies, Film Studies, Comparative Literature, and Intercultural Communication.

Maud MICHAUD
(Le Mans, France)

Maud Michaud

Maud Michaud est maîtresse de conférences en histoire britannique et coloniale à l’université du Mans. Ses recherches portent sur l’entreprise missionnaire britannique dans l’Empire britannique, notamment l’Afrique centrale. Dans le cadre de différents programmes de recherche, elle a publié des articles qui examinent les liens entre la notion de race et la religion, la contribution des missionnaires à l’établissement de musées d’histoire naturelle et d’anthropologie, ainsi que sur la participation des enfants britanniques à l’entreprise missionnaire sur le terrain colonial et en métropole.

 

John MULLEN
(Rouen, France)

John Mullen

John Mullen est professeur de civilisation britannique à l’Université de Rouen-Normandie en France. Il donne des cours concernant l’histoire et l’historiographie de la Première Guerre. Ses publications ont traité de l’histoire du syndicalisme britannique et de celle de la musique populaire britannique. Son livre The Show Must Go On: Popular Song in Britain during the First World War, publié par Ashgate/Routledge en 2015, fut une tentative de dépasser les seules perspectives de l’histoire de la création, des courants musicaux, ou des types de spectacle, afin de rapprocher l’histoire de la musique populaire à l’histoire de la société. D’autres publications récentes comprennent un article sur le racisme anti-Noirs dans la musique populaire britannique entre 1880 et 1920, ainsi que des articles sur les chansons « irlandaises » dans le music-hall victorien et édouardien, sur la construction de la « respectability » dans le music-hall victorien, et sur le festival de Notting Hill en tant que vecteur d’identité immigrée sur plusieurs décennies. En 2018, il a publié un ouvrage collectif chez Routledge, Popular Song in the First World War : an International Perspective. Sa page professionnelle est accessible à l'adresse http://eriac.univ-rouen.fr/author/john-mullen/

 

Daniel PALMIERI
(CICR, Genève, Suisse)

Daniel Palmieri

Historien de formation (Université de Genève ; Graduate Institute) et journaliste de profession, Daniel Palmieri est entré au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en 1995, en tant qu’attaché de presse en charge de différents contextes opérationnels. Depuis 2002, Daniel Palmieri est, depuis 2002, responsable de la recherche historique auprès du CICR et l'auteur de nombreuses publications portant sur l'histoire du CICR et de l'action humanitaire, ainsi que sur celle des conflits armés. Dernières publications : « Humanitarianism on the screen: The ICRC films, 1921-1965 », Johannes Paulmann (ed.), Humanitarianism and Media. 1900 to the present, Berghahn Books, Oxford, New York, 2018; « Se souvenir pour oublier : La politique mémorielle du CICR »,  Vincent Négri, Isabelle Schulte-Thenckhoff (éds.), Normer l'oubli, IRJS Editions, Paris, 2018.

 

Cécile PERROT
(Rennes, France)

Cécile Perrot

 Maître de conférences à l’Université de Rennes 2, Cécile Perrot s’intéresse à de nombreux aspects de la vie sud-africaine, intérêt nourri par des séjours réguliers au Cap et à Johannesburg. Après une thèse sur les politiques publiques d’enseignement supérieur, elle a publié de nombreux articles sur les questions d’identité nationale, de mémoire et de réconciliation ainsi que sur les questions d’éducation en Afrique du Sud. Elle a également co-édité avec Michel Prum et Thierry Vircoulon un ouvrage intitulé L’Afrique du Sud à l’heure de Jacob Zuma : La fin de la nation arc-en-ciel ? (L’Harmattan, 2009) ainsi, avec Marie-Claude Barbier, qu’un ouvrage intitulé Afrique du Sud : Mémoire, héritages et ruptures, (collection Racisme et Eugénisme, L'Harmattan, 2018). Enfin, elle participe régulièrement à des émissions de télévision et de radio afin de faire mieux connaître les problématiques sociétales sud-africaines.

 

Michel PRUM
(Paris, France)

Michel Prum

Michel Prum est Professeur émérite à l’université de Paris. Il a co-organisé le colloque War Memories 2016 à Paris. Il est intervenu en 2018 à War Memories Kingston sur Darwin et la guerre. Il est coordinateur de la nouvelle traduction française des œuvres complètes de  Darwin chez Slatkine (Genève) et Honoré Champion (Paris), sous la direction scientifique de Patrick Tort. Sa recherche porte sur l’histoire des idées au XIXe siècle en Grande-Bretagne : libéralisme, socialisme, darwinisme. Il a publié de nombreux articles sur les socialistes ricardiens (William Thompson, Thomas Hodgskin, John Francis Bray, John Gray) et sur la réception du darwinisme en France (Clémence Royer). Il a fondé en 1998 le Groupe de Recherche sur l’Eugénisme et le Racisme (GRER), qui anime depuis lors un séminaire bimensuel sur les questions d’ethnicité dans l’aire anglophone. Il a fondé en 2003 la collection « Racisme et Eugénisme » chez l’Harmattan et a publié dans ce cadre 55 ouvrages à ce jour. Il a dirigé ou codirigé de nombreux ouvrages sur la question de la « race » (comme construction sociale et historique), sur l’abolition de l’esclavage, sur les hommes féministes, etc. Il a co-organisé plusieurs colloques du GRER en Afrique (Afrique du Sud, Lesotho, Botswana, Kenya et Sénégal). Il collabore depuis 2015 avec l’université de Pékin sur la base d’une invitation annuelle.

 

Elizabeth RECHNIEWSKI
(Sydney, Australie)

Elizabeth Rechniewski

Elizabeth Rechniewski is a Senior Research Associate at the University of Sydney in the School of Languages and Cultures. She has a long-standing research interest in the political uses of the national past and has published widely on remembrance of twentieth century war in Australia, France and New Caledonia, including on the commemoration of the role of indigenous soldiers in these countries. She was commissioned (with Judith Keene) by Olivier Wieviorka to write the official report for the French Ministry of Defence on war commemoration in Australia (La place de la mémoire combattante dans les pays signataires d’accord de mémoire partagée avec la France, Wieviorka 2009) and was invited by Nicholas Offenstadt to give a seminar at the French Ministry of Defence in the series ‘Observatoire du Centenaire’ on the Black Diggers.

She was a Chief Investigator on the Australian Research Council Discovery Project: Judging the Past in a Post-Cold War World, 2013-2016, which led to a number of publications on decolonisation in French Cameroon and on the significance of this conflict for the development of the theory and practice of the 'French School' of counter-insurgency warfare. Latest publications include (with Judith Keene): Seeking Meaning, Seeking Justice in a Post-Cold War World (Brill, 2018); “‘Resénégalisation’ and the Representation of Black African Troops in World War One”, in Ben Wellings and Shanti Sumartojo (eds), Commemorating Race and Empire in the First World War (Liverpool University Press, 2018).

She was awarded the title of Chevalier des Palmes Académiques by the French government in 2009, and the Ordre national du mérite in 2010.

 

Sylvie SERVOISE
(Le Mans, France)

Sylvie Servoise

Sylvie Servoise est Maître de conférences en Littérature générale et comparée à l’Université du Mans (3L.AM/EA 4335). Ses recherches portent sur les relations entre littérature et politique, fiction et écriture de l’histoire et de la mémoire, dans la littérature des XX et XXIe siècles, principalement française, italienne et anglo-saxonne. Elle est l’auteur de deux essais, Le roman face à l’histoire : La littérature engagée en France et en Italie dans la deuxième moitié du XXème siècle (PUR, 2011), et Politiques du temps : Le Guépard de Lampedusa dans l’histoire (PUR, 2018). Elle est également rédactrice en chef de la revue Raison Publique, en charge du pôle « Littérature, arts et culture ».

 

Comité d'organisation

 
Delphine Letort (Le Mans Université)

Renée Dickason (Université Rennes 2)

Stéphanie Bélanger (Collège Militaire Royal du Canada)

Maud Michaud (Le Mans Université)

Rebecca Dickason (Université Gustave Eiffel, Paris) 

Sylvie Servoise (Le Mans Université)

 

Pour nous contacter, merci d'utiliser la rubrique @Contact sur le site internet du colloque.

Personnes connectées : 1